L’invitée des NDS : Frédérique Pfrunder du Mouvement associatif

L’invitée des NDS : Frédérique Pfrunder du Mouvement associatif

A l’issue d’une succession de mesures gouvernementales prises à l’automne 2017 venant fragiliser les associations, le Mouvement associatif a obtenu l’ouverture d’une concertation avec les pouvoirs publics sur les enjeux de vie associative. Celle-ci s’est déroulée au début de l’année 2018 et a conduit à la remise d’un rapport au Premier ministre en juin.

par Frédérique Pfrunder, délégué générale du Mouvement associatif

Un rapport pour une politique de vie associative ambitieuse

POUR UNE POLITIQUE DE VIE ASSOCIATIVE AMBITIEUSE ET LE DÉVELOPPEMENT D’UNE SOCIÉTÉ DE L’ENGAGEMENT Les annonces défavorables aux associations se sont succédé lors des premiers mois du quinquennat ouvert en mai 2017 : diminution des emplois aidés, baisses de budget sectorielles, suppression de la réserve parlementaire. Parallèlement aucune stratégie ou vision pour une politique de vie associative n’a été proposée. Les associations sont pourtant des actrices indispensables à la vitalité démocratique et à la construction d’une société plus juste et plus durable. Le Mouvement associatif s’est donc fait le relais de leurs inquiétudes fondées et s’est impliqué pour convaincre le gouvernement de la nécessité de construire une véritable politique de vie associative. En réponse à cette mobilisation, le Premier ministre a annoncé en novembre 2017 l’ouverture d’une concertation co-pilotée par le Mouvement associatif, la Direction de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative et le Haut-commissariat à l’Économie sociale et solidaire. Celle-ci s’est tenue au premier trimestre 2018, rassemblant plus de soixante représentant·e·s associatifs, des collectivités territoriales et une quinzaine d’administrations ministérielles différentes. Ces travaux ont nourri le rapport remis par le Mouvement associatif au Premier ministre au nom des associations.

 

POUR UNE POLITIQUE DE VIE ASSOCIATIVE AMBITIEUSE ET LE DÉVELOPPEMENT D’UNE SOCIÉTÉ DE L’ENGAGEMENT

Trois axes, cinquante-neuf propositions

Le premier axe du rapport, « Faire vivre les potentialités de la loi 1901 », est guidé par deux grandes idées. D’une part, le respect et la promotion de la loi de 1901, une loi de liberté d’engagement et d’initiative citoyenne. Ceci afin que cette liberté constitutionnelle soit protégée et qu’elle guide les modalités de partenariat et de financement public. D’autre part, le rapport défend une politique de soutien au développement de l’engagement tout au long de la vie et de valorisation de celui-ci. Le deuxième axe, «  Bâtir une politique de développement, de soutien et de reconnaissance de la vie associative », propose un plan clair pour donner à la politique de vie associative des moyens à la hauteur de ses enjeux. Le dernier axe, « Faciliter la mission d’intérêt général des associations », apporte des réponses concrètes face aux facteurs de fragilité rencontrés par les associations et à leurs impacts sur les activités qu’elles mènent, au service de l’intérêt général.

 

Au travers de ces trois axes, c’est bien une stratégie globale pour le développement de la vie associative qui est proposée pour qu’elle fasse l’objet d’une attention à la hauteur de ce qu’elle représente et de ce qu’elle apporte à la société. Il revient maintenant au gouvernement de se saisir de cette ambition et de répondre aux attentes qu’elle soulève.

 

Cet article a été publié dans le dernier numéro des NDS (automne 2018 pdf). Retrouvez les principaux articles en html :

NDS Edito Abus sexuels NDS 2018 Rapport Berville
Les risque-projets objectif Faim Zéro