Politique européenne et migrations : le Fonds fiduciaire d’urgence en débat

Politique européenne et migrations : le Fonds fiduciaire d’urgence en débat

En novembre 2015, l’Union européenne annonçait la création d’un fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique, visant à s’attaquer aux migrations irrégulières. Ce mécanisme de financement d’un nouveau genre, mobilise les ressources de l’aide publique au développement sans que son efficacité au regard des besoins et des stratégies des pays partenaires soit assurée. Le FFU est critiqué à plusieurs titres. Coordination SUD a récemment organisé un débat sur le sujet, réunissant pouvoirs publics français et européens, organisations de la société civile et milieu de la recherche.

Afin de prolonger la discussion, deux interviews vous sont ici proposées. Celle en vidéo ci-dessous de Guila de Ponte, consultante chez Concord Italia et un entretien avec Elly Schlein eurodéputé et présidente du groupe de travail DEVE sur les migrations et les réfugiés.

Ces interviews complètent la documentation disponible, à savoir le récent rapport de Concord, traduit en français, qui produit une analyse du Fonds fiduciaire de l’UE pour l’Afrique, ainsi qu’un nouveau numéro de la collection des Notes de SUD, qui lui, apporte un éclairage vu de France à partir d’entretiens menés à l’automne dernier avec les acteurs français impliqués.

Pour Guila de Ponte, consultante pour Concord Italia, « il est urgent de séparer les fonds de développement de ceux dédiés à la gestion des migrations », comme elle le déclare dans l’interview vidéo suivante :

 

 

 

Pour Elly Schlein, eurodéputé, « Il est clair que les intérêts propres de l’UE sont prédominants, l’urgence est celle perçue par les États membres de l’UE à leurs frontières ». Elly Schlein est eurodéputé et membre de Possibile, parti italien fondé en 2015. Au Parlement européen, elle fait partie du Groupe de l’alliance progressiste des socialistes et démocrates. Elle  est membre de la commission du développement (DEVE), où elle s’est occupée des nouveaux objectifs de développement durable, et elle est également présidente du groupe de travail DEVE sur les migrations et les réfugiés. Interview

 

 

lesNotesDeSUd16En novembre 2015, l’Union européenne a créé le « fonds fiduciaire d’urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique ». Cet instrument financier, présenté comme un outil flexible pour désamorcer les migrations irrégulières, est une traduction politique concrète de l’engagement de l’Union européenne pour l’Afrique. La présente note apporte un éclairage sur l’approche et les priorités de la France dans ce cadre, la coordination mise en place au niveau national et la gouvernance globale du fonds.

 

Lancé en novembre 2015 à La Valette, le FFU constitue l’un de principaux instruments financiers de l’engagement politique de l’UE avec les partenaires africains. L’étude menée avec Concord s’est appuyée sur des études de cas de trois pays – Libye, Niger et Éthiopie –avec des entretiens approfondis auprès des acteurs sur le terrain, des opérateurs dans les pays européens et des pouvoirs publics. Elle questionne le détournement de l’APD à des fins de gestion des flux migratoires.

 

 

A lire aussi le rapport d’Action Santé Mondiale : « Détournement de Fonds ? L’aide européenne pour freiner la migration » (septembre 2017)