Diner d’ouverture du G7 – Priorités et recommandations ; suggestions du jour par Coordination SUD !

Diner d’ouverture du G7 – Priorités et recommandations ; suggestions du jour par Coordination SUD !

En ouverture du G7 de Biarritz, chef·fe·s d’Etat et gouvernement se retrouvent ce soir autour d’un dîner informel. Plateforme nationale de 174 ONG françaises d’actions humanitaires, de développement et de solidarité internationale, Coordination SUD rappelle ici priorités et recommandations à mettre au menu des discussions.

La France a choisi la lutte contre les inégalités comme priorité de ce G7, très bien. En matière d’inégalités, il y a effectivement fort à faire.

Quelques rappels. En 2019, le nombre de personnes dans le monde souffrant de sous-alimentation a de nouveau augmenté pour atteindre 821 millions. 100 millions de personnes basculent chaque année dans l’extrême pauvreté en raison de dépenses de santé directes. 130 millions d’enfant en Afrique en âge d’aller à l’école ne savent ni lire, écrire ou compter. Ce ne sont que quelques exemples. Ils montrent que le champ des inégalités à combattre est vaste et ne cesse de s’accroître.

Des solutions existent. A plusieurs reprises, notamment lors du C7, sommet des organisations de la société civile de juillet dernier au CESE, Coordination SUD a fait part de nombreuses recommandations à la présidence française.

Une agriculture de proximité et durable. Parmi ces recommandations, devrait être mise en avant la promotion de l’agro écologie et de l’agriculture paysanne. Le modèle productiviste bombarde les sols de pesticides, empoisonne les terres et celles et ceux qui les cultivent, et concurrence les productions des petits paysans et paysannes d’Afrique qui peinent à subsister, comme c’est, d’ailleurs, le cas dans de nombreux pays du monde, y compris riches. Ce modèle n’a pas d’avenir. Une agriculture de proximité et durable est la seule à pouvoir garantir le futur de notre planète.

Faim et conflits armés– Dans le monde, 60% des personnes souffrant de la faim vivent dans des pays en proie à des conflits armés. Les pays du G7 ne peuvent plus ignorer le cercle vicieux entre conflit et faim.

Des financements pour le climat– En Amazonie, la forêt brûle mais avec le réchauffement climatique c’est toute la Terre qui brûle. Ainsi, les membres du G7 doivent s’engager à augmenter les flux financiers à destination de la lutte contre le réchauffement climatique et à diminuer les subventions aux énergies fossiles ; énergies également sans avenir et qui mènent droit dans le mur.

Egalité de genre. Premières victimes des inégalités mondiales : les femmes. Coordination SUD invite les pays du G7 à une politique étrangère résolument et réellement féministe et à faire que 85% de l’aide publique au développement intègre l’objectif de l’égalité de genre ; égalité dont l’absence, aujourd’hui, reste toujours criante parmi les leaders du G7… A la carte des objectifs à atteindre, les pays du G7 doivent s’engager à promouvoir l’éducation, notamment des jeunes filles, et à consacrer une part conséquente de l’aide publique au développement au secteur de l’éducation.

0,7% du RNB pour l’APD. En suggestion du chef et au centre des discussions de ce diner, Coordination SUD invite en tout premier lieu nos chef·fe·s d’Etat et de gouvernement à réaffirmer et, enfin !, à effectivement consacrer 0,7% de leur revenu national brut à l’aide publique au développement ; au sein des pays du G7, seul le Royaume-Uni respecte cet objectif !