Conférence – Comment restituer l’argent de la corruption aux populations spoliées ?

Conférence – Comment restituer l’argent de la corruption aux populations spoliées ?

Chaque année, dans les pays en développement, ce sont entre 20 et 40 milliards de dollars qui, au lieu de financer des infrastructures et des services publics de première nécessité (hôpitaux, routes ou établissements scolaires), sont placés à l’étranger où ils alimentent le train de vie dispendieux de dirigeants corrompus.

En 2017, pour la première fois en France, un haut dirigeant public étranger a été condamné pour blanchiment, notamment de détournement de fonds publics et de corruption. La totalité de ses biens acquis sur le territoire, d’un montant de 150 millions d’euros, a été confisquée.

Cette décision de justice, si elle était confirmée, pose une question urgente: comment faire en sorte que les millions d’euros confisqués soient restitués aux populations victimes ?

De nombreuses questions se posent. Comment s’assurer que l’intégralité des sommes restituées sera affectée à l’amélioration des conditions de vie des populations, au renforcement de l’état de droit ainsi qu’à la lutte contre la corruption ? Comment s’assurer que ces sommes ne retombent pas immédiatement dans les poches des despotes corrompus qui les avaient à l’origine détournées ? Quelles expériences de restitution ont déjà été menées, notamment avec des pays à faible gouvernance, et pourraient utilement nous inspirer ?

Le 22 mars, Transparency France vous donne rendez-vous, en présence d’experts internationaux et de représentants de la société civile, pour échanger autour d’expériences de restitution passées et envisager des solutions d’avenir pour restituer des sommes parfois considérables de manière indépendante, transparente et en association avec la société civile.

Lien pour s’inscrire