Cisjordanie : la production d’huile d’olive pourrait être deux fois plus rentable

Un nouveau rapport de l’organisation Oxfam révèle que de nombreux obstacles empêchent le bon développement de la production d’huile d’olive en Cisjordanie, malgré les emplois que l’activité génère dans le Territoire palestinien occupé (TPo). Les causes sont variées et s’étendent du manque d’investissements financiers aux violences faites aux cultivateurs par les colons.

Alors que débute la saison de la récolte des olives en Cisjordanie, l’huile d’olive palestinienne, réputée pour être parmi les meilleures au monde lorsque sa production respecte des normes élevées, a le potentiel de devenir un leader mondial sur les marchés de l’huile d’olive biologique et équitable, précise le rapport. Intitulé ’La voie vers la culture de l’olive : défis pour le développement de l’économie de l’huile d’olive en Cisjordanie’, ce rapport souligne la manière dont le secteur de l’olive, qui contribue à hauteur de 100 millions de dollars au revenu annuel de certaines des communautés palestiniennes les plus pauvres, pourrait, à condition que son potentiel soit totalement exploité, améliorer considérablement l’économie palestinienne.

’Avec des investissements limités et de simples modifications apportées aux techniques agricoles, les producteurs d’huile d’olive palestiniens pourraient doubler leurs revenus et avoir une production importante et de qualité, et être ainsi compétitifs au niveau local et international’, a expliqué Jeremy Hobbs, directeur exécutif d’Oxfam. ’Mais de tels investissements ne peuvent avoir qu’un effet limité, à moins qu’Israël, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, ne s’abstienne de mettre en place des mesures qui restreignent l’accès des agriculteurs palestiniens à leurs terres et moyens de subsistance, ainsi qu’aux marchés étrangers’, a-t-il ajouté.

Le rapport appelle les autorités israéliennes à mettre fin aux restrictions imposées aux Palestiniens concernant leur accès aux terres et aux marchés. Les barrières physiques, tels que les points de contrôle et les barrages routiers, empêchent la libre circulation des personnes et des biens à l’intérieur de la Cisjordanie, et coupent les produits palestiniens, dont les olives et l’huile d’olive, des marchés interne, israélien et international. En raison de la présence de nombre de colonies et avants postes israéliens – illégaux selon le droit international – en Cisjordanie, les attaques et harcèlements commis par les colons contre les cultivateurs d’olive palestiniens sont fréquents et augmentent souvent pendant la saison de la récolte. Le blocus israélien imposé à la bande de Gaza a également considérablement affecté les importations d’olives et d’huile d’olive cisjordaniennes.

Le rapport appelle également l’Autorité palestinienne et les donateurs à soutenir les producteurs d’huile d’olive palestinienne et leurs familles en augmentant leurs investissements dans ce secteur. Un manque de ressources adéquates et une gestion inefficace, combinée aux facteurs environnementaux et aux mauvaises pratiques de production, sont responsables de la stagnation de son développement. Le rapport explique comment l’organisation des producteurs en coopératives, ainsi que l’amélioration des techniques de culture et de pressage, pourraient aider les petits agriculteurs à produire une quantité régulière d’huile d’olive de haute qualité qui répondrait aux exigences des marchés d’exportation européens, des Etats-Unis et des pays arabes, mais aussi à maintenir un approvisionnement régulier du marché intérieur.

L’organisation Oxfam, grâce à des financements de l’Union européenne, travaille en partenariat avec les organisations locales pour augmenter la quantité et améliorer la qualité de l’huile d’olive produite par 30 coopératives cisjordaniennes, afin d’acquérir la certification de produit biologique et équitable. Les prix plus élevés au sein de ces marchés spécialisés contribueront à la compétitivité de l’huile d’olive palestinienne malgré des coûts élevés de production et des obstacles limitant sa commercialisation.

’Si l’Autorité palestinienne, Israël, la communauté internationale, les donateurs et les ONG investissent tous dans l’huile d’olive, elles investiront également dans un avenir plus stable et plus sûr pour le peuple palestinien’, conclut Jeremy Hobbs. Note aux rédactions

  • Consultez le rapport d’Oxfam ’La voie vers la culture de l’olive : défis pour le développement de l’économie de l’huile d’olive en Cisjordanie’ (en anglais)
  • 45% des terres agricoles de Cisjordanie et de la Bande de Gaza sont consacrées à la culture d’environ 10 millions d’oliviers avec un potentiel de production équivalent à 34 000 tonnes d’huile d’olive lors d’une bonne année, mais seulement 5 000 tonnes lors d’une mauvaise année, avec une quantité moyenne de production annuelle équivalente, entre 2001 et 2009, à 17 000 tonnes.
  • Dans une bonne année, le secteur olivier contribue à 15-19% de la production agricole palestinienne. Cela représente environ 160-191 millions de dollars. Les olives ainsi que l’huile d’olive représentent l’une des exportations les plus importantes de la Palestine.
  • La culture de l’olive fait vivre environ 100 000 agriculteurs en Cisjordanie
  • Environ 95 % de la récolte des olives est utilisée pour l’huile d’olive et le reste pour la production de conserves, d’olives de table et de savon.
  • Le marché local est le premier consommateur d’huile d’olive palestinienne, atteignant en moyenne 12 000 tonnes par an.
  • L’huile d’olive palestinienne est actuellement exportée dans les pays du Golfe, en Europe, Amérique du Nord et Asie de l’Est. En 2008, 2 352,24 tonnes d’huile d’olive ont été exportées du TPo (environ 13% de la production) ainsi que 787,39 tonnes d’olives en conserve.
  • Pendant le premier semestre de 2010, les Nations unies ont établi que des centaines de milliers de mètres carrés de terres agricoles, des milliers d’oliviers et d’autres cultures avaient été endommagés à la suite d’incidents liés aux colons. L’ONG israélienne Yesh Din, partenaire d’Oxfam, a récemment publié une étude dans laquelle il n’est fait état d’aucune procédure de justice mise en place par les autorités israéliennes afin de juger les responsables.

Contacts presse

En France :

Delphine Bedel
dbedel@oxfamfrance.org
01 77 35 76 00

A Jérusalem :

Catherine Weibel
catherine.weibel@oxfamnovib.nl
+ 972 54 639 5002

Newsletter

Notre regard sur l'actualité de la solidarité internationale avec la newsletter Point info

En vous inscrivant, vous confirmez avoir lu et accepté notre politique de vie privée.

Agenda

25/03-15/05

Héroïnes & héros de la terre

Association CARI

Publications & documents

Consultez les publications en ligne.

Tout chaud

07/04/2020

covid-19 – Confinement et Précarité au Sud

01/04/2020

covid-19 : Gouvernance d’entreprise et associative : décryptage des ordonnances