Burkina Faso : le projet RECORDE change des vies

Burkina Faso : le projet RECORDE change des vies

Depuis 2017, SOS Villages d’Enfants Burkina, en partenariat avec SOS Villages d’Enfants France et avec le soutien de l’Agence française de développement, met en œuvre le projet RECORDE. Ce projet accompagne des familles en situation de grande vulnérabilité afin d’éviter la rupture familiale, de veiller au respect et à la promotion des droits de l’enfant et de répondre aux besoins locaux de protection de l’enfance.

Ce projet s’inscrit dans le prolongement des deux Programmes de Renforcement de la Famille à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso, en impliquant encore plus fortement les communautés locales dans lesquelles ils interviennent et en renforçant leurs capacités.

L’histoire d’Honorine

Honorine, 46 ans, vit à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du Burkina Faso. Longtemps, elle a porté dans son âme les stigmates de deux deuils et le souvenir amer d’un ménage sans ressources. Après une longue traversée du désert, elle est devenue bénéficiaire du projet RECORDE mis en œuvre par SOS Villages d’Enfants Burkina Faso. Depuis lors, sa vie a complètement changé.

Tout commence en 2000 avec la disparition de son premier époux. Deux enfants sont nés  de cette union. En dépit des maigres ressources que la famille tirait de l’activité agricole, Honorine ne perdit pas espoir car « la vie vaut tout de même la peine d’être vécue ». Elle s’est remariée et a eu un autre enfant. Mais comme si le malheur s’acharnait sur elle, la maladie a emporté son deuxième époux.

Ce fut le début des véritables problèmes car en Afrique, une veuve qui perd une seconde fois son conjoint est mal considérée. Honorine n’échappera pas aux préjugés de la part de sa belle-famille. Une situation intenable pour elle, veuve et mère de trois enfants âgés de 6, 9 et 16 ans.

Honorine Burkina Faso - Bénéficiaire du Projet RECORDE Honorine Burkina Faso - Bénéficiaire du Projet RECORDE

Vivre dans la précarité

Entre petits commerces infructueux, Honorine, n’ayant pas reçu de formation pour la gestion d’une activité génératrice de revenus, dépensait au jour le jour tout ce qu’elle avait, jusqu’à perdre le capital. Mais il fallait bien survivre. « Il était difficile pour moi de garantir le repas quotidien », confie-t-elle avant de poursuivre : « Avec toutes ces difficultés, la scolarisation des enfants était un luxe. »

Honorine est une femme chef de famille parmi tant d’autres au Burkina Faso, faisant face à de grandes difficultés pour prendre en charge ses enfants…

Le soutien déterminant de SOS Villages d’Enfants

Avec le projet RECORDE du Programme de Renforcement de la Famille de SOS Villages d’Enfants, l’éclaircie est arrivée dans la vie d’Honorine. Emus par son histoire, des bénéficiaires du Programme l’ont orientée vers le village d’enfants SOS de Dafra (Bobo-Dioulasso) tout proche. Là, elle a obtenu une assistance pour lancer un petit commerce dans le marché du quartier : une formation dans l’élaboration d’un Business plan et une formation sur l’importance de l’épargne. Quant à ses enfants, ils ont été inscrits pour une prise en charge sanitaire et scolaire. L’équipe du projet RECORDE soutient Honorine et l’aide à améliorer ses revenus. Aujourd’hui le chiffre d’affaires d’Honorine est de 15 euros par jour soit 455 euros par mois. Elle arrive à épargner 4,50 euros par jour soit 150 euros par mois.

La vie de la famille d’Honorine est devenue aujourd’hui un exemple grâce au soutien de SOS Villages d’Enfants Burkina Faso. Et les mots de cette « battante » à propos de l’organisation en disent long sur sa joie d’une dignité retrouvée : « Ce n’est pas seulement le soutien et les formations qui me touchent, c’est aussi la bienveillance avec laquelle SOS Villages d’Enfants prend en charge les enfants ». Et lorsque, au détour d’une question, ses souvenirs douloureux lui reviennent, elle avoue se consoler avec la joie de voir ses enfants scolarisés et bénéficier de tous les avantages dont un enfant a besoin pour réussir sa vie. Honorine peut aujourd’hui relever la tête. Mieux, elle apporte sa part contributive à la consolidation de ses relations avec les voisins.

Les enfants d’Honorine sont aujourd’hui très enthousiastes et pleins d’espoir pour leur avenir. « Notre maman n’est plus la même depuis que nous avons intégré le Programme de SOS Villages d’Enfants. Elle affronte la vie avec beaucoup de courage et de confiance. Nous remercions tous ceux qui ont contribué à nous redonner la joie de vivre ».

Ce projet est mis en œuvre au Burkina Faso et au Mali grâce à la générosité des donateurs et au soutien des partenaires suivants :