Genre

arton39-b696c

Pour un développement durable : osons le genre !

L’égalité des femmes et des hommes représente à la fois une condition et un moyen pour atteindre un développement humain durable. Ainsi l’approche genre répond à un premier objectif qui est d’ordre politique : entraîner des changements profonds et durables dans les relations entre les femmes et les hommes afin que les droits et les libertés fondamentales des deux sexes soient respectés. Il s’agit également d’atteindre une meilleure efficacité, pertinence et durabilité des politiques et programmes de développement en intégrant une analyse sociologique plus précise des questions de genre et des rapports de pouvoir qui les conditionnent.

Douze ans après l’adoption des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), les femmes et les jeunes filles font toujours face à des difficultés spécifiques liées à leur statut dans la société et à des discriminations de genre, dans tous les domaines du développement.

Les femmes sont plus susceptibles d’être touchées par la pauvreté. Faute de soins, chaque année, entre 350 000 et 500 000 femmes meurent encore de complications liées à la grossesse et à l’accouchement, principales causes de décès chez les adolescentes dans la plupart des pays en développement.

Alors que la part des filles non scolarisées a reculé de 58 % à 53 % en dix ans dans les pays en développement, elles sont encore 32% à ne pas achever un cycle complet d’éducation. Elles sont confrontées à de nombreux obstacles : la pauvreté, les coûts de scolarisation, l’insécurité, les mariages et les grossesses précoces. Les femmes sont les premières victimes de la raréfaction des ressources naturelles. Pourtant, leur défaut de participation dans les instances décisionnelles locales ne permet pas de véritablement prendre en considération leurs besoins.

Jusqu’à six femmes sur dix dans le monde sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles au cours de leur existence, causée dans la majorité des cas par leurs maris ou leurs partenaires

Contribution de la commission genre pour les Assises du développement et de la solidarité internationale, novembre 2012-mars 2013: Le genre, une condition de l’efficacité de l’aide publique au développement

Le genre dans la politique de coopération française

Si de nombreuses institutions internationales et ONG ont élaboré des politiques, stratégies, recommandations et outils pratiques en matière de genre, la Commission européenne, la France tout comme la grande majorité des organisations de solidarité internationales intègrent encore très faiblement ces approches dans leurs stratégies d’intervention et dans le fonctionnement de leur organisation.

En 2007, le Document d’orientation stratégique (DOS) « Genre », élaboré par le ministère des Affaires étrangères, a fixé le cadre de l’action de la France en matière de prise en compte de l’égalité femme-homme et des   droits   des   femmes   dans   sa   politique   de   coopération.  Le DOS Genre reconnaissait l’importance de la prise  en  compte  transversale  du genre tout en menant également des projets spécifiques plus ciblés.

Pour autant, la transversalité recherchée dans toutes les politiques mais aussi les champs d’intervention et instruments de la coopération française est loin d’être atteinte. Cette approche se heurte à un grand décalage entre la progression des idées ou des exigences et les moyens qui sont disponibles pour les mettre en œuvre efficacement.

Le comité interministériel pour les Droits des Femmes qui s’est tenu le 30 octobre 2012 a été l’opportunité d’engager les différents ministères dans un processus de transversalisation de l’égalité Femmes Hommes.

Proposition de la commission genre pour le Comité interministeriel du 30 novembre 2012

Le suivi du genre au sein de Coordination SUD

Sur la base de ces constats, la commission Genre de Coordination SUD élabore des positions pour inciter les politiques de coopération françaises et européennes à intégrer d’avantage les problématiques de genre. Elle formule des propositions pour l’amélioration des pratiques des OSI françaises en matière de prise en compte du concept du genre dans ses différentes dimensions (EAD, plaidoyer, projets de développement), ainsi qu’au niveau du fonctionnement associatif des ONG elles-mêmes.
La commission Genre est membre de la Plateforme nationale Genre et développement et de la Task Force Genre de Concord.

 

  • Actualisation de la stratégie «Genre et développement»
    Le 30 avril 2013, à l’occasion de la première de deux concertations précédant l’écriture du deuxième document d’orientation stratégique (DOS) « Genre et développement » de la France, Coordination SUD a soumis une contribution écrite, par ailleurs présentée en réunion plénière. La réunion, organisée par le ministère des Affaires étrangères, rassemblait une quarantaine de représentant(e)s des différentes « familles d’acteurs » de la politique de développement française (Agence française de développement, collectivités territoriales, société civile, recherche). Le DOS doit, au final, être validé par le prochain comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID), qui se tiendra au mois de juillet. L’enjeu est clair : ce second DOS se doit d’être plus opérationnel, mieux mis en œuvre, et donc plus performant que son prédécesseur de 2007. Lire la suite