Budget de l’UE: vers des moyens à la hauteur des ambitions pour la solidarité internationale?

Page

La Commission européenne propose, dans sa Communication sur le budget 2014-2020 de l’UE rendue publique le 30 juin, d’augmenter les fonds destinés à la coopération au développement.

CONCORD et Coordination SUD saluent la volonté politique de la Commission européenne d’augmenter le budget pour le développement- proposition en cohérence avec les ambitions du Traité de Lisbonne- ainsi que la réitération de son engagement pour la lutte contre le changement climatique, la réduction de la pauvreté ainsi que la promotion de la démocratie, des droits humains et de l’égalité, dans le respect de la Charte des Nations Unies et du droit international.

« A travers cette proposition, la Commission fait preuve de courage politique en ces temps difficiles et traduit ses engagements en faveur du développement en termes financiers », estime Olivier Consolo, directeur de CONCORD.

CONCORD et Coordination SUD appellent les Etats membres, notamment la France, à soutenir la proposition de la Commission européenne d’augmenter les financements pour le développement ainsi qu’à respecter leurs engagements pour la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement.

CONCORD et Coordination SUD sont favorables au principe d’une taxation des transactions financières proposée par la Commission mais rappellent que les ressources issues d’une  telle taxe devraient être prioritairement affectées à la lutte contre le changement climatique et aux enjeux de développement dans l’objectif de réduire la pauvreté. En outre, les financements pour le climat devraient être additionnels aux engagements déjà pris en matière d’aide publique au développement.

La prise en compte des évolutions du contexte international est nécessaire pour adapter au mieux l’aide européenne. Cependant, le nouveau budget de l’UE ne doit pas être l’occasion de mettre fin brutalement à l’aide destinée aux pays émergents et aux pays à revenus intermédiaires dans lesquels vivent les trois quarts de la population pauvre mondiale. Les critères de différenciation de l’aide doivent être précisés et une réflexion approfondie est nécessaire pour trouver la forme de soutien qui doit continuer à être apportée à ces pays afin de les aider à réduire les inégalités et la pauvreté. Dans ce sens, continuer à soutenir la société civile de ces pays est indispensable.

Enfin, CONCORD et Coordination SUD soulignent que les organisations de la société civile, dont le rôle central dans la coopération au développement est reconnu, devraient être pleinement associées dans le processus de négociations du budget 2014-2020 de l’UE.