Coupes budgétaires, coupes forestières ?

Suivi des financements précoces de la France pour la REDD+

Document ressource

En décembre 2010, la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a acté la création d’un cadre international pour le mécanisme dit de « Réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts » (REDD+). Cette décision historique acte cinq années de négociations sur les moyens de lutter contre la déforestation. Elle donne aussi une légitimité aux multiples projets et initiatives qui ont vu le jour depuis quelques années sur le terrain et visent à maintenir les forêts sur pied.
A Copenhague, en 2009, certains pays développés ont pris des engagements volontaires pour financer la lutte contre le changement climatique dans les pays en développement pendant la période 2010-2012. Ces financements, dits « financements précoces » (« fast start finance » en anglais) devaient permettre de soutenir des actions de préparation à la lutte contre le changement climatique, telles que l’élaboration de politiques publiques, le renforcement des capacités institutionnelles, ou encore des projets de démonstration. In fine, l’objectif était d’améliorer les capacités d’action des pays en développement face au changement climatique sur le long terme. La France a elle-même promis de verser 1,26 milliard d’euros aux pays en développement au titre des financements précoces pour le climat, dont 20% ont été fléchés sur la forêt.
Ce document présente les résultats d’une étude menée par le Gret sur le suivi des engagements de la France en matière de financements précoces REDD+. Après une présentation détaillée des engagements initialement prévus, il dresse un bilan aussi bien quantitatif que qualitatif sur les efforts fournis par la France depuis Copenhague dans ce domaine. Il en tire plusieurs recommandations à l’attention des acteurs, notamment les décideurs concernés par les enjeux de lutte contre le changement climatique, de gestion durable des forêts et de solidarité internationale.